• Elsa Moreira Da Veiga

Rapport Malt sur l'état actuel du freelancing en France (spoiler alert: tout va bien)

Le freelance est un domaine en pleine croissance, avec 930 000 freelances en France (145% en plus par rapport à 2009). Ce mode de travail est de plus en plus attractif sur un marché où le salariat n’est plus aussi apprécié qu’avant. Beaucoup de personnes hésitent ainsi à se lancer dans le freelance et cherchent à s’informer. Heureusement pour ceux-là, et aussi pour ceux qui veulent simplement avoir des nouvelles, Malt nous offre une étude du freelancing en France (décortiquée par Marion Bernès) pour la troisième année consécutive.


Dans cette étude, nous voyons que les métiers de la tech et de l’image (dont 96% des professionnels sont freelances) sont toujours bien présents dans le monde du freelance, mais ceux de la communication et du marketing ne sont pas en reste, sans oublier bien sûr les métiers un peu plus littéraires, comme la traduction ou le copywriting.

90% des freelances le sont par choix, préférant la flexibilité et la liberté aux contraintes du salariat, auxquelles 88% des freelances ne veulent plus avoir à faire face à plein temps. En effet, avec le freelancing, on peut choisir ses heures de travail ainsi que ses clients, et dans les bons mois, il faut reconnaître qu’on fait plus de profit qu’en étant salarié.



Toutes ces informations peuvent paraître très alléchantes, mais il ne faudrait surtout pas croire que le freelancing est un long fleuve tranquille avec un canoë qui nous attend avec une bouteille de champagne servie par Ryan Gosling (ou Karen Gillan) à bord.


Ah oui, on en bave pas mal avant de pouvoir trouver un laurier sur lequel ne pas se reposer. Les revenus mettent du temps à se stabiliser (s’ils se stabilisent un jour), et les assurances et les complémentaires santé et prévoyance sont plus compliquées à obtenir. De plus, les freelances sont souvent considérés comme une espèce rare, et 85% d’entre eux se considèrent comme ignorés dans le débat politique et économique.

Qu’en est-il de la parité dans le freelance ? Et bien, il se trouve qu’on est proche de la parité parfaite avec 54% d’hommes et 46% de femmes. En effet, vu qu’un freelance est totalement indépendant, il y a beaucoup moins de chances d’être discriminé.


Cette étude montre que malgré ses petits défauts, le freelance est très avantageux, et sa croissance n’a pas l’air de rencontrer beaucoup d’obstacles. La question maintenant est : est-ce que vous êtes prêt à vous lancer ?